Stimuler les CSM par facteurs biochimiques
Une autre approche pour améliorer la régénération osseuse consiste à recruter les cellules ostéocompétentes présentes localement (en périphérie de la perte de substance osseuse) à l’aide de facteurs bioactifs. Parmi ceux-ci les BMPs (Bone Morphogenetic Protein) sont d’un intérêt particulier car il s’agit de protéines ostéoinductrices, c'est-à-dire capables d’initier la formation osseuse, ayant une action spécifique sur l’os et le cartilage.
La BMP2, notamment, est actuellement utilisée pour favoriser la réparation osseuse dans diverses applications cliniques. Elle est alors utilisée en association avec des éponges de collagène qui vont absorber la protéine dans un premier temps puis la libérer progressivement lorsque les éponges se dégradent. Cette méthode, cependant, nécessite de larges doses (dizaine de milligramme) due à la faible affinité de la BMP2 pour le collagène. Les doses administrées sont alors supra-physiologiques, risquant de déclencher des effets indésirables, et d’un coût prohibitif pour une utilisation à grande échelle de cette protéine.   
Dosage de la BMP active
Cliquez pour agrandir
Publication de référence
L’équipe a donc pour but d'évaluer de nouveaux systèmes d’administration des BMPs, en association avec des CSM, de manière à réduire les risques et les coûts associés à cette approche thérapeutique.  
INTRANET
NOTRE PLATEFORME
LIENS UTILES
NOS TUTELLES
NOS PARTENAIRES