Améliorer les substituts ligamentaires
Le ligament croisé antérieur (LCA) est le ligament du genou le plus souvent endommagé : 200 000 cas sont ainsi diagnostiqués par an aux Etats-Unis. Le LCA est un élément essentiel de stabilisation du genou. Sa rupture génère une laxité du genou à l’origine d’une dégradation arthrosique de l’articulation, observée à long terme chez 85 % des sujets atteints. Le recours à une intervention chirurgicale (remplacement du LCA) améliore la qualité de vie des patients (gain QALY de 0,18). En France, 35 732 patients ont ainsi subi en 2010, une intervention chirurgicale à la suite d’une rupture du LCA.

A ce jour, les transplants autologues (autogreffes tendineuses) se sont imposés comme substituts ligamentaires, avec plus de 80% de succès pour cette approche chirurgicale. Les 20% restant montrant des résultats insuffisants appellent à l’amélioration du remplacement du LCA, pour laquelle de nombreux défis persistent. Parmi ceux-ci, l’amélioration de l’incorporation et la cicatrisation de l’autogreffe ligamentaire, mais aussi la diminution de la morbidité liée au prélèvement du greffon par la mise au point de ligaments synthétiques (PET, hydrogels) en substitution à l’autogreffe.

Faisceaux de fibres en PET ostéo-intégrées (coupes transversale d’un tunnel osseux
Dans ce contexte, le B2OA se travaille actuellement sur: 
(i) une meilleure compréhension du processus de "ligamentisation" des greffes, par lequel la structure du tendon se modifie pour ressembler à une structure ligamentaire;  
(ii) le développement de nouveaux ligaments synthétiques et leur transfert de la recherche fondamentale à la pratique clinique vétérinaire; 
(iii) l’amélioration de l'ostéo-intégration des autogreffes tendineuses, mais aussi des ligaments synthétiques.
Ligament artificiel en PET dans son trajet intra-articulaire (vue arthroscopique)
INTRANET
NOTRE PLATEFORME
LIENS UTILES
NOS TUTELLES
NOS PARTENAIRES