J. Ribot

Soutenue par Jonathan RIBOT le 15-12-2015

Résumé

Le diabète est une maladie associée à une perturbation du métabolisme glucidique et représentent un problème de santé publique majeur. L’importante majorité des patients présente un diabète de type 2.Les complications les plus courantes sont vasculaires. Chez le diabétique, l’angiogenèse est défectueuse et paradoxale. La microangiopathie qui survient lors du diabète modifie le microenvironnement de la moelle osseuse et entraine egalement des problemes de cicatrisation alors qu’une angiogenèse exacerbé est responsable de pathologie telle que la rétinopathie ou la néphropathie diabétique.Les cellules souches mésenchymateuses (CSMs) sont connues pour leur potentiel de différenciation et de libération de facteurs paracrins, qui sont impliqués dans la régénération tissulaire. Les mécanismes qui associent le microenvironnement et les fonctions des CSMs dans un contexte diabétique restent actuellement méconnus. Le diabète peut modifier les caractéristiques des CSMs et le microenvironnement diabétique peut influencer la fonctionnalité de CSMs transplantées tout autant que leurs effets autocrins et/ou paracrins sur les cellules environnantes. L’étude du potentiel de CSMs diabétiques et du microenvironnement diabétique sur de CSMs pourrait alors avoir d’importantes implications cliniques. L’objectif primaire de cette étude est de caractériser l’impact du diabète sur la fonctionnalité et le potentiel angiogènique de CSMs à l’aide du modèle de rat dit Zucker Diabetic Fatty (ZDF) qui développe spontanément le diabète de type 2 et les complicatiohttp://www.theses.fr/2016USPCC209ns vasculaire qui l’accompagne.

Pour les informations et la version complètes, consultez le site theses.fr 
.